vendredi 20 janvier 2017

Irak (et Syrie) - L’action des militaires français auprès des unités irakiennes ou kurdes (et syriennes) : forces spéciales et équipements (3/5)

Après deux premiers volets sur la chronologie de ses opérations françaises au sol en Irak et en Syrie, les effectifs déployés, et la mission des militaires conventionnels, ce troisième volet abordera l’action des forces spéciales françaises (dans la limite de l’exercice), et le complément à ces missions de conseil et de formation qui est la fourniture aux forces locales d’armes, munitions et équipements divers.
 
 
Avec les forces spéciales en Irak : une palette de missions allant de la salle de cours jusqu’au front

En Irak, les quelques 200 forces spéciales françaises de la TF Hydra (issues des trois armées) assurent la quasi intégralité du spectre des opérations spéciales, « opérations militaires menées en dehors des cadres d'actions classiques, visant à atteindre des objectifs d'intérêt stratégique, notamment en termes d'actions d'environnement, d'ouverture de théâtre d'opérations, d'intervention dans la profondeur sur des objectifs à haute valeur, ou en matière de lutte contre les organisations terroristes ». Comme le souligne leur patron, le contre-amiral Isnard, cette mission est symbolique d’un certain continuum des opérations spéciales, inscrit dans la durée : « l’action coup de poing seule n’est pas suffisante. Si nous ne façonnons pas l’environnement de manière plus large, le problème ne sera réglé que momentanément. Nous réalisons donc d’abord du renseignement afin de donner une appréciation stratégique au chef d’état-major des armées. Puis, en fonction des objectifs fixés, nous bâtissons des actions sur plusieurs semaines, mois ou années. En parallèle, nous développons une approche globale en effectuant de la formation et du conseil auprès des unités partenaires, que nous faisons monter en gamme, comme c’est le cas en Irak. Nous leur passons en quelque sorte le relais pour qu’elles poursuivent le travail après notre départ ».

mardi 17 janvier 2017

Irak (et Syrie) - L’action des militaires français auprès des unités irakiennes ou kurdes (et syriennes) : 6ème division et ICTS (2/5)

Après un premier volet de présentation du dispositif militaire français au sol en Irak (et dans une moindre mesure de celui en Syrie), il s’agira de revenir sur les actions menées au quotidien par ces militaires, qui adaptent en permanence les formations et les conseils dispensés aux forces locales.
 

Auprès de la 6ème division : conseils et formations sur toujours plus de nouvelles capacités 

La Task Force (TF) Monsabert est insérée auprès de la 6ème division d’infanterie (DI) irakienne. Ce détachement porte le nom du général Monsabert, figure de la 3ème BLB (brigade légère blindée) qui en a fourni la majorité des effectifs en 2015. Cette grande unité française est dissoute depuis juin 2016, mais son souvenir demeure via cette dénomination rappelant sa filiation historique avec la 3ème division d’infanterie algérienne (DIA), unité commandée durant la 2nde Guerre mondiale par ce général. Pour ce qui concerne la 6ème DI irakienne, elle est une des 4 divisions des forces terrestres irakiennes chargées de la sécurité de la capitale Bagdad, notamment dans son quart Nord-Ouest. Son effectif est plutôt du volume d’une brigade française, entre 5.000 et 10.000 hommes répartis au sein d’au moins 3 brigades (56ème, 22ème et 24ème ?), comme présenté dans un précédent panorama. Montrant l’importance accordée à la sécurité de la capitale par les autorités irakiennes, la ville et sa ceinture concentrent près de 50% des forces de sécurité irakiennes (armée et police), 28.000 hommes répartis en environ 14 brigades.

Lorsque débute la mission des militaires français début 2015, la division est à l’image du patchwork confessionnelle de l’armée irakienne, avec un état-major comme bon exemple. Le commandant, le général de division Ahmed Salim Bahjat Al Utbi, a pour père un chiite tandis que sa mère est sunnite, faisant de lui, d’un point de vue communautaire, un chiite. Comme d’ailleurs 70% environ du reste de la division. Si son chef d’état-major est lui aussi chiite, le sous-chef en charge des opérations est lui sunnite, quand le commandant en charge de la force protection de l’état-major est chrétien.
 

samedi 14 janvier 2017

Irak (et Syrie) - L’action des militaires français auprès des unités irakiennes ou kurdes (et syriennes) : chronologie et effectifs (1/5)

Où en sont les militaires français participant en Irak, au sol, à la formation, au conseil et (dans une moindre mesure) à l’accompagnement de forces locales ?

Comment se caractérise, et pourrait évoluer à court et moyen, ce modèle original d’opération (pour l’histoire récente de l’armée de Terre française), associant, au sein d’une coalition internationale, assistance militaire opérationnelle (spéciale et conventionnelle) à des unités locales et appui direct aux combats par des moyens d’artillerie, depuis le déploiement à l’été 2016 d’un groupement tactique d’artillerie (Task Force (TF) Wagram) ?

Et dans une moindre mesure (et dans la limite de l’exercice vu le nécessaire respect du secret des opérations, et du nombre forcément limité d’informations), qu’en est-il pour les militaires français menant, entre autres, ces mêmes missions en Syrie ?


Cette mise à jour (en plusieurs épisodes) de précédents panoramas rédigés en 2015 (cf. ici, et encore ) sur le sujet prendra comme ligne directrice principale la participation plus ou moins directe de ces militaires français à l’un des 2 axes d’efforts actuels de l’opération Chammal (participation française à l’opération internationale Inherent Resolve) face à l’organisation de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie : la libération de Mossoul, avant celle, en cours de préparation, de Raqqa (en Syrie). 

Point d’étape d’autant plus d’actualité, que d’ici quelques jours, le 17 janvier, cela sera l’anniversaire des 2 ans d’un des volets de cette opération : le conseil et la formation au profit des forces de sécurité locales, régulières (irakiennes) ou non (peshmergas). Or, la récente visite du Président de la République (le 2 janvier 2017) sur des emprises de ce volet, non loin de l’aéroport international de Bagdad et à l’Ouest d’Erbil, ne l’a d’ailleurs que peu sorti de l’ombre où il est plus ou moins volontairement plongé.

jeudi 29 décembre 2016

Rétrospective 2016 - Peut mieux faire... Et fera mieux l'année prochaine ?

Mais où vais-je m'arrêter ?

L'année 2016 se termine, et le verdict est sans appel : elle aura été l'année où le nombre de billets publiés ici aura été le plus réduit depuis la création en 2008. Moins de 30. L'inversion de cette courbe n'est donc pas à l'ordre du jour (contrairement à la fréquentation, elle, toujours aussi soutenue...).

Entre vie personnelle (très chère, (et dynamique) progéniture...) ou professionnelle (un blog ne fait pas vivre...) et activité maintenue sur d'autres plateformes (compte Twitter avec le passage des 8.000 abonnés, page Facebook avec celui des 3.000, voir Instagram), il a fallu arbitrer.


Pendant que certains se prélassent, d'autres - à suivre - bossent sérieusement (cf. ici et ici)...
Ou alors pour finir l'année en chanson avec ce tube sahélien.
Vu sur Facebook.

Malgré ce rythme moins régulier que par le passé, une vingtaine d'articles ont été rédigés, dont voici ceux que vous avez le plus apprécié - ou du moins consulté (et dont la relecture, plusieurs mois après leur rédaction, nécessite bien souvent une bonne dose d'humilité pour le rédacteur...) :

1/ "Mettons fin à l'opération Sentinelle. Maintenant !" (11 mai 2016) : article le plus consulté depuis la création de ce blog (et de loin) sur un sujet qui est loin d'être clos, les adaptations permettant d'atteindre une sorte d'optimum tactique ne cachant que peu le caractère grandement bancal (voir pernicieux) du fondement même de cette opération... A suivre, sur les ondes prochainement...

2/ "Forces spéciales en Libye" : De la circulation circulaire de l'information" (23 février 2016) : sur le grand cirque médiatique quand personne n'en sait plus que le voisin, notamment sur des sujets sensibles. L'impensé de la question de la "sécurité opérationnelle" comme prétexte à toute non-communication (sur l'action en Syrie, par exemple) mériterait d'ailleurs quelques réflexions. A suivre.

3/ "Chasse aux experts - Une problématique qui passe à côté de l'essentiel : la critique seule ne suffit pas" (31 mars 2016) : cette chasse là, parfois légitime, souvent critiquable (souvent dans la forme, voir dans le fond) est loin d'être fermée, les échéances à venir (notamment électorales) ne faisant que renforcer cette nécessité de juste mesure. A suivre.

4/ "Lecture - L'art de conduire une bataille (Haberey et Perot)" (5 juillet 2016) : parce que sans échanges avec d'autres acteurs, l'exercice serait bien solitaire et surtout inefficace, tout ce qui peut être fait pour soutenir l'émergence d'un débat stratégique en France se doit d'être soutenu, notamment via l'expression des militaires, pas les derniers concernés par ces affaires. A vos claviers !

5/ "La lente remontée en puissance de l'armée de l'Air malienne" (10 novembre 2016) : mise à jour d'un précédent panorama rédigé en mars 2013, qui nécessitait un gros dépoussiérage. En attendant les mises à jour augmentées de quelques autres panoramas (opérations françaises en RCA, formateurs français en Irak et en Syrie, etc.) dans les prochaines semaines... A suivre.

Les bonnes résolutions de cette période de l'année valent ce qu'elles valent, mais, promis et juré, du jus de cerveau frais, à critiquer, est prévu pour très bientôt...

jeudi 10 novembre 2016

La lente remontée en puissance de l'armée de l'Air malienne

Où en est l’armée de l’Air malienne depuis un précédent état des lieux datant de mars 2013 ?

Soutenue par les plus hautes autorités maliennes, notamment le ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéman Hubert Coulibaly remplacé depuis septembre par Abdoulaye Idrissa Maïga, sa remontée en puissance est lente, mais réelle. Il faut dire qu'elle part de loin : début 2015, les hommes reconnaissables à leur treillis bleu foncé et à leur béret bleu ne disposaient que de 5 à 6 appareils légers type Tétras en état de vol. Avec les récentes livraisons et celles à venir très prochainement, le bilan est bien différent, même si les défis demeurent importants.

Intégrer l'armée de l'Air au sein des Forces armées maliennes (FAMA)

Epaulée par le volet conseil de la mission européenne EUTM-Mali, la modernisation de l'armée de l'Air s’inscrit dans la nouvelle Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) définitivement votée début 2015. Elle est mise en application sous la direction du chef d’état-major de l’armée de l’Air (en poste depuis 2012), le colonel-major Souleymane Bamba, figure historique (au caractère bien trempé...) de cette armée de l’Air qui fêtait en 2016 ses 40 ans.

lundi 7 novembre 2016

Hommage au maréchal des logis-chef Jacq mort pour la France au Mali : RDV mercredi sur le Pont Alexandre III à 11h15 !

Avant les Honneurs militaires rendus en privé aux Invalides pour le maréchal de logis-chef Fabien Jacq (du 515ème régiment du Train de La Braconne), mort pour la France au Mali, soyons nombreux sur le Pont Alexandre III (Paris) le 09 novembre à 11h15 pour un dernier hommage digne et silencieux lors du passage du convoi funéraire.
 
 
 
Pour ne pas oublier nos morts, ni nos blessés de guerre.
 
Et pour tous ceux qui ne pourraient être sur Paris, à chacun de leur rendre hommage, d'une manière à déterminer par chacun, respectant les mêmes principes que ceux qui guident l'hommage à Paris : aucune récupération politique, une présence digne, silencieuse et fraternelle.

vendredi 30 septembre 2016

Concours d'articles Small Wars Journal / Military Writers Guild - A vos claviers pour mettre en avant une certaine "French touch" !

Deux "institutions" d'outre-Atlantique, Small Wars Journal et The Military Writers Guild (présentée ici pour cette dernière), bien connues pour favoriser le dynamisme d'écriture sur les questions militaires et stratégiques, s'unissent pour lancer un concours d'articles.


Le thème est : "Leçons apprises durant les "petites guerres" et autres opérations de contre-insurrection". Les conditions (et les prix attribués...) sont disponibles ici. Les copies (3.000 à 5.000 mots) sont à rendre pour le 15 janvier 2017.
 
Etudiants civils, militaires (stagiaires de l'Ecole de Guerre ayant du temps pour écrire, ou d'ailleurs), universitaires et autres : à vos cerveaux, vos claviers et votre plus bel Anglais pour apporter une certaine "French touch" à ce concours. 
 
La vision et l'expérience française sur ce thème ont certainement des choses potentiellement pertinentes à apporter sur le sujet. L'influence efficace peut aussi passer par ces petits riens. Et ainsi, que le meilleur gagne...

jeudi 22 septembre 2016

Inflexions - A propos de liberté et d'exigence d'expression des militaires (Brice Erbland)

 A la fin de l'article, Brice Erbland touche.

Le dernier numéro de la revue "Inflexions", qui combine les réflexions de civils et de militaires sur les problématiques de l'action militaire, est en libre accès. Consacré à l'Europe contre la guerre, ce numéro comprend une dizaine d'articles extrêmement variés sur le sujet. Le lecteur ne manquera pas notamment celui sur la réflexion toujours au milieu du gué de l'OTAN sur son avenir, par les colonels Frédéric Gout et Olivier Kempf.
Dans la partie "Pour nourrir le débat", deux articles retiennent l'attention. L'un d'Audrey Hérisson qui propose des pistes de réflexion permettant de lier utilement théorie et pratique de la guerre. 

L'autre, non sans un certain style vigoureux, de Brice Erbland sur la liberté d'expression des militaires. Auteur connu notamment pour son ouvrage "Dans les griffes du Tigre" sur la mise en perspective pratique et morale de son expérience de pilote d'hélicoptère en Afghanistan et en Libye, et pour sa participation publique au débat stratégique sur bien d'autres supports.

Brossant avec panache les problématiques liées à cette question, il se fait l'ardent défenseur d'une exigence de l'expression des militaires, qui respecte quelques cadres (bien peu nombreux au final : sécurité des opérations, respect du principe de subsidiarité...), et garantit une participation raisonnée et essentielle des militaires à la vie de la cité.

BAÏONNETTE AU BÂILLON, MESSIEURS DE BERGERAC !

 Dans sa pièce la plus célèbre, Edmond Rostand décrit deux types de militaires aux élans bien différents. À l’effronté Cyrano, à l’aise avec l’éloquence, s’oppose Christian, vaillant au combat mais timoré en expression. "Le langage aujourd’hui qu’on parle et qu’on écrit me trouble. Je ne suis qu’un bon soldat timide", se lamente ce dernier.
 
Il est ainsi des phrases qui échappent à leur auteur et font écho à travers le temps, justifiant des postures et étayant des idées à des siècles de distance. Que pensait par exemple Cicéron, rédigeant un ouvrage destiné à son fils, lorsqu’il écrivit "cedant arma togae" ? Il est peu probable qu’il ait imaginé influencer le rapport du politique au militaire dans la France du XXIe siècle. Et pourtant, même si d’autres inspirations appellent le militaire à être le "conseiller du Prince", c’est plutôt la relation de l’obéissance stricte, sans remise en cause et sans discussion, qui prédomine aujourd’hui. Cette discipline est nécessaire, et bien souvent gage d’efficacité opérationnelle, comme lorsqu’un engagement est décidé un jour par l’exécutif et que les troupes sont déployées sur le terrain le lendemain même.
 
Mais les lois de l’action et du court terme ne régissent pas la réflexion et la prospective. En ces domaines, une libre expression devrait apporter de saines pierres aux édifices stratégique et organisationnel en perpétuelle construction. Certains événements semblent pourtant prouver le contraire, comme la disgrâce du général Desportes lorsqu’en juillet 2010 il a critiqué dans Le Monde la doctrine de contre-insurrection mise en œuvre par l’OTAN en Afghanistan, ou encore la radiation des cadres du chef d’escadron Matelly après la publication d’un article opposé à la réforme de la gendarmerie. Même si cette dernière décision fut annulée par le juge administratif, ces exemples ne peuvent que renforcer le mutisme d’une institution qui bout pourtant, depuis quelques années, d’une envie de s’exprimer. Mais entre lettre et esprit, les limites ne sont pas aisées à fixer, et la liberté d’expression du militaire semble maintenue en apathie. Avons-nous aujourd’hui une armée qui s’exprime avec une certaine indépendance, à l’image de Cyrano, ou sommes-nous condamnés à nous taire comme "un beau mousquetaire qui passe" ? Sujet épineux s’il en est, à tel point qu’on ne sait plus sur quel ton l’aborder.

"Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme !" s’écrierait Cyrano comme pour sa célèbre tirade du nez. "On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… En variant le ton. Par exemple, tenez".
 
Subversif : c’est le cas de la plupart des interventions de groupuscules usant de pseudonymes, tels Surcouf, qui publia une lettre anti-Livre blanc dans Le Figaro du 19 juin 2008, ou le mal-nommé mouvement Marc Bloch, groupe de "jeunes officiers" qui publiait en 2013 sur FranceTVInfo une diatribe mal argumentée dénonçant le déclin de l’armée française, ou encore le manifeste des Sentinelles de l’Agora, en 2013 toujours, qui appelait à la sauvegarde des armées. Effet de mode ou réactions contextuelles en période de rédaction de Livre blanc ? Nous serions donc condamnés à découvrir tous les cinq ans un nouveau groupuscule plus ou moins obscur qui exécuterait avec ses dernières cartouches un baroud d’honneur pour sauver nos armées. C’est beau, ça sent le panache à plein nez monsieur de Bergerac, et le romantisme éculé d’une culture bien française où les généraux se provoquent en duel dans le quotidien national pour laver leur honneur. C’est connu, "c’est bien plus beau lorsque c’est inutile". Et pour le coup, c’est franchement inutile, voire contre-productif, parce que tout cela arrive à chaque fois bien trop tard et avec une apparence de complot bien trop marquée pour un État dont certaines plaies cicatrisent mal.

Inspiré : prenons alors exemple sur le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées en activité, qui publie dans Le Monde du 21 janvier 2016 sa vision de la stratégie nécessaire face à Daesh. Point de subversion en vue, point de hurlements au complot, alors même que certaines tirades avisées sont des réponses directes aux points de vue de personnalités politiques sur le sujet. La preuve qu’une idée exprimée avec sagesse ne peut qu’obtenir un accueil ouvert. "Oh ! Pouvoir exprimer les choses avec grâce !" rêve Christian.
 
Or il est peu probable que les auteurs du mouvement Marc Bloch, s’ils avaient pu assumer leurs écrits, auraient déversé un tel fiel sans preuve ni raisonnement. Lorsqu’on est autorisé à s’exprimer, non seulement l’anonymat perd de son intérêt, mais en plus on réfléchit à deux fois à la forme et à la portée de ses paroles ou de ses écrits. L’identité assumée est le meilleur gage d’une expression mesurée et réfléchie.
 

mercredi 21 septembre 2016

Colloque - Les nouveaux visages des armées africaines (5 et 6 octobre, Paris)

Encore 1 semaine pour s'inscrire (ici) au colloque du 5 et 6 octobre organisé par l'IRSEM à l'Ecole Militaire (Paris) qui se propose d'offrir un large panorama des différents visages d'armées d'Afrique subsaharienne. Grâce à des approches multiples et complémentaires (histoire, sociologie, etc.), nul doute que les participants devraient en apprendre sur ces armées, plus que sollicitées ces derniers temps.
 
Profitons de cette annonce pour saluer la bienvenue et utile ambition du nouveau directeur de l'IRSEM, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, pour cet organisme de recherche : "opérationnaliser" et "universitariser" l'IRSEM, pour la rendre plus crédible et influente auprès du CNRS, des universités et de son ministère de tutelle, celui de la Défense (et au service des organismes liés). Sa vision est à lire dans le dernier numéro de la Lettre de l'IRSEM. Bonne mise en œuvre à lui et à ses équipes !
Présentation : 
Le colloque international organisé par l’IRSEM, les 5 et 6 octobre 2016 à l’École militaire, sera consacré aux armées d’Afrique subsaharienne. Pluridisciplinaire et diachronique, il visera à une meilleure compréhension du fait militaire dans cette région, des forces armées et de ceux qui les composent.
Les différentes armées d’Afrique subsaharienne se trouvent aujourd’hui dans une période de transition entre un modèle issu des indépendances et un modèle plus adapté à la conflictualité actuelle. Lors des indépendances, ces armées ont incarné la souveraineté des Etats, bien qu’elles aient été parfois négligées par le pouvoir politique et qu’elles aient servi occasionnellement d’outil de développement ou de maintien de l’ordre. Elles apparaissent depuis la fin de la Guerre froide de plus en plus sollicitées pour améliorer la prévention, contribuer à la résolution des crises sécuritaires sur le continent africain et protéger ou garantir l’évolution politique vers des formes plus démocratiques. Aujourd'hui, elles se trouvent au centre de nouveaux enjeux, avec le développement du terrorisme djihadiste sur fond de renouveau de la concurrence entre puissances internationales et d’intensification des défis liés à la gouvernance.
 
 
Ce colloque examinera donc trois thèmes principaux :
  • la naissance et la formation des armées africaines,
  • les armées africaines face aux influences extérieures,
  • l’adaptation des armées africaines 
qui seront déclinés en sept tables rondes au cours de ces deux journées. L'introduction scientifique sera prononcée par le professeur Michel-Louis Martin, professeur émérite de l'université Toulouse 1-Capitole et les conclusions scientifiques seront rassemblées par le professeur Frédéric Turpin de l'université de Chambéry.
Les langues du colloque seront le français et l'anglais, avec traduction simultanée.
 
 

jeudi 1 septembre 2016

Débat stratégique français et opération Sentinelle - Quand la France est capable de débattre

Ces derniers mois, notamment juste avant la pause de l'été, a eu lieu en France un événement assez extraordinaire (au sens premier de « sortant de l’ordinaire ») pour être signalé : un débat stratégique, avec une dynamique et une diversité d'acteurs rarement vue au cours des dernières années. Ce débat a eu (et a toujours d'ailleurs, étant aujourd’hui loin d'être clos) pour sujet premier le rôle des militaires sur le Territoire national.

Sujet relativement délaissé, hormis lors des appels récurrents de certains pour l'emploi des armées pour lutter contre de la criminalité, il a réméré à la suite des tragiques événements que la France a connu depuis plus d’un an. L’opération Sentinelle en est un des marqueurs phares, mais a permis également d’aborder, dans la réflexion et dans l'appui à la décision, plus largement les réponses à apporter à cet affrontement de volontés qui a aujourd'hui lieu.

S’il n’y a pas (à notre connaissance, et si c'est le contraire, ne pas hésiter à le souligner en "commentaires") de définition de ce qu’est un "débat stratégique", il peut être compris comme une discussion multi-supports entre plusieurs personnes, exposant chacune ses arguments (une définition très "Académie française") sur un sujet ayant trait à la définition des intérêts à protéger et à favoriser, aux voies décidées et aux moyens allouées pour assurer la paix et la sécurité en France, et à l'international.

mardi 5 juillet 2016

Lecture - L'art de conduire une bataille (Haberey et Perot)

Le colonel Haberey et le lieutenant-colonel Perot proposent un ouvrage, L'art de conduire une bataille, à vocation pédagogique pour découvrir la tactique, cet art et cette science de conduire l'affrontement physique face à un adversaire. L'un des deux auteurs, le colonel Haberey, était déjà connu pour son ouvrage présentant, de manière extrêmement précise et complète, le déploiement du groupement tactique Oies Sauvages (autour du 92ème régiment d'Infanterie) en Afghanistan en 2012.
 
 
Publié par la maison d'éditions Pierre de Taillac, ce nouvel ouvrage en a quelques uns "des codes" : un beau livre (illustré), de belle taille, avec de la matière à réflexion. Didactique, il se compose de 11 parties, comme autant de procédés (des lecteurs pointilleux pourraient relever que certains procédés se recoupent en partie), chacun étant illustré par 2 à 3 exemples historiques : épuiser l'attaque ennemie, alterner les efforts, imposer son rythme, percer les défenses, etc.

La vocation pédagogique est indéniable, chaque partie étant organisée de la même manière. Une présentation courte du procédé, et des exemples (d'une dizaine de pages chacun) organisés selon le plan : situation générale, forces en présence et intentions, déroulement de la bataille, et enseignements tactiques. Le tout est accompagné de nombreuses cartes, plusieurs même pour chaque exemples.
 

vendredi 1 juillet 2016

Défilé du 14 juillet - Vive le sport ! Que vivent surtout ceux qui servent la France au péril de leur vie ! (+MAJ)

La Patrouille de France, formation aérienne ambassadrice de l’armée de l’Air en particulier, et de la France plus généralement, ouvrira cette année le défilé du 14 juillet dans une formation inédite dite "Tour Eiffel".

 
Cette l’innovation visuelle, rompant avec des formations plus traditionnelles généralement en forme de chevrons (ou en "croix de Loraine", permet de renouveler un exercice plutôt figé par une longue tradition historique qui est ce défilé à pieds et dans les airs de militaires et de forces de sécurité.

Cette formation particulière est surtout officiellement présentée comme un soutien à la candidature de la ville de Paris aux Jeux Olympiques de 2024, avec le logo accolé. Sans doute parce qu’il n’y avait pas d’autre moment possible pour faire cette promotion, par exemple les répétitions préalables.

Tremblez Los Angeles, Rome et Budapest (les autres villes candidates à ce jour), l’investissement de nos armées est total. Et fera oublier sans aucun doute certains points faibles de notre candidature (infrastructures, transports, etc.). Chance aucune des villes d'alliés (Australie et Nouvelle-Zélande) également invités en souvenir de leurs sacrifices passés.

Pour certains, il ne serait donc pas incongru de le faire au cours de cet événement, qui sert fondamentalement à rappeler, une fois par an, la primauté du politique, chef des armées, sur le militaire (d’où l’inclinaison des drapeaux et étendards, en présence du gouvernement). Ou qui permet, via une journée qui leur est consacrée, de « faire voir » à la collectivité nationale (présente physiquement le long du défilé et via les retransmissions médias) toute la communauté de défense et de sécurité qui œuvre, parfois au péril de sa vie (de récents événements le rappellent), à assurer leur défense et leur sécurité (comme rappelé ici).

vendredi 24 juin 2016

BREXIT - Quel impact (si impact) sur la Défense.

Pour vous signaler la publication dans l'hebdomadaire Le Marin d'un rapide entretien sur les possibles conséquences du Brexit à court et moyen terme pour la Défense, notamment pour les industriels.
 
Pour résumé, étudier précisément les gains de productivité et les investissements qui reposent sur des accords bilatéraux et ceux qui tiennent à des accords multilatéraux de niveau européen.
 
 
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

mercredi 1 juin 2016

Entretien - Retours sur l’opération Sangaris (Aline Leboeuf et Rémy Hémez)

Aline Leboeuf, docteur en science politique et chercheur à l’IFRI, et le chef de bataillon Rémy Hémez, officier de l’armée de Terre et chercheur détaché à l’IFRI, sont les auteurs d’une récente étude intitulée Retours sur Sangaris. Entre stabilisation et protection des civils. Ils ont bien voulu présenter ci-dessous quelques-unes des problématiques abordées dans un entretien également publié sur le blog Ultima Ratio. Merci à eux.
 
1 / Jusqu’à quel point l’adaptation des modes d’action, visible au cours de l’opération Sangaris, permet de compenser un nombre limité d’effecteurs sur le terrain ?

R. H. : Entre décembre 2013 et août 2015, les forces françaises et internationales présentes en République Centrafricaine (RCA) passent de 4.500 à 11.700 hommes. Ces contingents doivent remplir une mission complexe au cœur d’une guerre civile ethnico-religieuse, dans un pays vaste comme la France et le Benelux réunis (622.000 km2) et comptant près de 5,3 millions d'habitants. Le ratio militaire/nombre d’habitants est donc compris entre 1,1 et 2,2 soldats pour 1.000 habitants. Bien loin de ce qui est normalement recommandé puisque la plupart des experts des opérations de stabilisation s’accordent sur un ratio idéal compris entre 10 et 20 militaires pour 1.000 habitants.
 

Des adaptations des modes d’action ont donc été nécessaires pour compenser ce faible ratio. Certes, cette opération n’a pas résolu la crise en RCA, la situation dans le pays est restée globalement instable - en raison de la montée de la criminalité mais aussi parce que la rébellion Séléka n’a jamais totalement renoncé à ses ambitions politico-militaires - et n’a pas permis de stopper les déplacements de population. Mais Sangaris a, par un véritable "effet de levier", contribué à éviter les massacres de masse, à engager le processus de désarmement et de regroupement des combattants, à appuyer le redéploiement de l’administration centrafricaine sur une partie du territoire, et à rétablir l’approvisionnement en produits de première nécessité, ce au prix de pertes militaires françaises limitées. L’état final recherché par Sangaris était bien de pouvoir passer le relais dans des conditions acceptables à des forces internationales et non pas de créer une situation de paix durable. D’où, sûrement, des ambigüités lorsque l’on aborde la question des résultats obtenus.

Mais cela ne se fait pas sans coûts : les opérations actuelles ont tendance à troquer des effectifs contre du risque et les lacunes opératives par des pis-allers tactiques. On ne peut espérer résoudre rapidement et à moindre coût des situations de crise éminemment complexes. En déployant des effectifs limités sur un temps court, les effets obtenus se transformeront difficilement en résultats durables. Pour les obtenir, cela repose aujourd’hui surtout sur l’engagement politique et financier français et sur la MINUSCA (mission onusienne en Centrafrique). Pour l’heure, cette dernière semble à même de maîtriser la situation mais la qualité de ses contingents est très inégale. Son engagement sur le long terme, appuyé par la France, est pourtant crucial, car seule une tierce partie engagée dans la durée maximise les chances de résolution d’une guerre civile. On ne saurait à cet égard que tirer profit de l’exemple du succès britannique en Sierra Leone qui ne tient pas tant à l’intervention initiale - qui a certes créé les opportunités pour un règlement politique - qu’à l’engagement pérenne et global pour la reconstruction de l’administration et des forces de sécurité du pays avec une mission de conseil qui se prolonge encore aujourd’hui.

lundi 23 mai 2016

Lecture recommandée - L'armée française en Afghanistan. Le génie au combat - 2001-2012 (Ch. Lafaye)

Nous avions eu l'occasion il y a quelques mois de nous entretenir avec Christophe Lafaye sur son travail de recherche portant sur l'histoire immédiate du Génie français lors des opérations en Afghanistan.
 
Un ouvrage reprenant son travail précis de thèse sur le sujet a été tout récemment publié par les éditions du CNRS (gage de sérieux). 
 
 
Il ne peut être que vivement recommandé du fait de la rigueur avec lequel l'auteur traite ces problématiques et du caractère inédit aujourd'hui en France d'un tel sujet, qui appelle d'autres travaux sur d'autres armes ou aspects.
 
Pour (re-)découvrir, avant la découverte plus complète de l'ouvrage, une partie de son travail :
PS : pour suivre les informations pratiques autour de l'ouvrage (conférences, dédicaces, etc.), cf. la page Facebook.